Cher papa Noël…

« Coucou papa Noël,

Cà fait un bout de temps qu’on ne s’est pas vus, dis donc… tu n’as pas changé depuis l’an dernier, toujours la même jolie barbe blanche, le pif rouge et les joues aussi rebondies 🙂 Par contre, tu es sûr que ma lettre avait été bien lue, à l’époque ? J’avais demandé à être plus en forme, il me semble… je n’avais rien demandé d’autre pour moi, parce que je savais que si je récupérais mon coté droit et que les douleurs s’estompaient un touttttt petit peu, le reste coulerait de source, alors je n’avais pas été exigeante du coup… préférant penser à ceux que j’aime et demander tout plein de choses pour eux… bon dans l’ensemble çà été respecté, je te remercie, parce que çà me tenait vraiment à coeur, tu sais à quel point je les aime tous… mais tu m’as un peu ratée, moi, par contre… Je suis encore plus cassée qu’à nos dernières retrouvailles, l’espoir s’est effiloché un peu plus, le moral n’a pas toujours suivi le mouvement et là, je serre les dents pour pouvoir rester assise à table dignement, avec ma famille, alors tu aurais pu faire un effort quand même…

Pourtant, je ne t’en veux pas trop… je me dis que toi, tout comme la vie, parfois on n’a pas ce qu’on veut, c’est normal, mais que d’attendre et de persévérer peuvent nous le faire gagner malgré tout, à un moment donné… alors je fais tout ce que je peux pour mériter que ma lettre soit exaucée un de ces quatre. N’attends pas que j’aie un dentier, 4 tifs sur le ciboulot, un déambulateur et 90 ans en âge réel (oui parce que j’ai déjà un corps d’une femme de 90 ans en âge pas réel, alors ben…) et que les poules aient des dents, steuplé, tout de même…

Tu as voulu que je fasse une sorte de jeu de pistes avec mon voeu ?

– découvrir des techniques pour gérer la douleur ? Fait. Les médecins disent que c’est long à tout mettre en place et c’est juste un peu d’apaisement, toujours bienvenu, tu sais

– tu as voulu que je comprenne où étaient vraiment les belles personnes dont il fallait que je m’entoure plutôt ? Fait… mais j’en ai souffert, tu sais…

– tu as voulu que je tente, malgré mes angoisses qu’on « touche » mon cerveau, avec la stimulation ? Fait… mais tu sais, çà a déréglé un peu mon sommeil qui est plus agité et j’ai souvent de forts maux de tête, mais je continue… d’ailleurs je suis tombée à 5, un jour, il y a 2 semaines… tu as vu depuis ta Laponie, à quel point j’étais heureuse ?? 🙂 … j’ai cru en toi là roh oui ! mais çà n’a pas duré.. mais c’était génial, si j’avais eu toute ma mobilité, j’aurais été comme avant ! Alors chaque matin, je teste, pour voir si çà sera un jour comme celui-là ou si c’est un jour où mon corps me fait souffrir

– tu as voulu que je me réconcilie avec mon corps ? Fait… bon je ne suis pas au point, il me casse les pieds bien souvent, mais j’essaie de lui en vouloir de moins en moins, je le chouchoute dans ces moments de crises bien fortes

– tu as voulu que j’aie confiance, espoir et que j’arrive à garder le moral, tout en ne m’inquiétant pas de l’avenir ? Raté…. Je n’ai pas rempli ma mission en entier, alors mon voeu réalisé, c’était soit tout, soit rien ? C’est pas sympa… mais on n’a rien sans rien et si c’est cette leçon là que tu voulais m’offrir, ben je crois que j’ai assez donné et que le voeu d’être plus en forme est mérité pour 2014…. tu penses bien que j’ai renouvelé le même souhait bien sûr, pour ce Noël çi ! Je compte sur toi, tu sais… et je t’aime toujours autant que quand j’étais enfant. La vie, les maladies, les épreuves (tu m’as gâtée cette année de ce côté là par contre) n’ont pas encore réussi à me faire perdre mon âme d’enfant. J’ai toujours mes yeux bien ouverts le mois de décembre, illuminés, remplis d’amour.

Et même si ma lettre n’est pas respectée, pas grave, tant que je conserve cette partie là en moi, c’est mon essentiel. Fais en sorte que mon âme d’enfant ne s’envoler jamais…

Merci d’être là, tous les ans, pour donner un peu de lumière à cette vie qui me fait souffrir pendant de longues périodes bien trop souvent. Je t’aime papa Noël, à dans 3 jours, y a 2 princesses qui t’attendent de pieds fermes, en plus. »

Et surtout, merci à la vie, de me permettre d’avoir encore les personnes que j’aime si fort, à mes côtés. J’ai cette chance là. Des pensées pour les personnes qui souffrent des fêtes. Pour les autres, profitez bien de vos proches, comme si c’était le dernier Noël à vivre avec eux…..